Comparez + de 3000
assurances en 2 minutes

à partir de 3,90€ / mois

Comparez les
assurances animaux

100% gratuit & sans engagement

Épilepsie chez le chat

Les crises d’épilepsie chez le chat se traduisent par un comportement inhabituel, une peur inexpliquée, de tremblements, et des convulsions.

Le chat est aussi sensible et vulnérable, et peut-être touché par diverses pathologies tout comme les êtres humains. Une décharge électrique anormale dans le cerveau du félin peut-être à l’origine d’une souffrance cérébrale qui peut s’exprimer par la perturbation de son activité motrice.

Il s’agit bien d’une crise d’épilepsie féline, caractérisée par des épisodes convulsifs intermittents, d’expressions multiples, généralisées ou partielles et d’apparition brusque. Ces crises surviennent pour diverses causes, signalant un mal quelque part chez votre animal domestique.

Épilepsie chez le chat et convulsions

En effet votre animal peut convulser pour certaines raisons, pouvant être d’origines inconnues dites idiopathiques, ou la simple traduction d’autres maladies félines.

D’autant plus, ces crises épileptiques peuvent être congénitales, observées dès les toutes premières années de la vie de l’animal, ou acquises suite à un accident ou un traumatisme.

Voici quelques causes pouvant donner naissance à une crise d’épilepsie chez votre chat :

  • Une lésion au niveau du cerveau du félin, consécutive à un accident vasculaire, une malformation, une réaction inflammatoire (méningite, encéphalite…), un processus tumoral, un accident ou un traumatisme.
  • un désordre dans le métabolisme ou la crase sanguine de l’animal.
  • Les intoxications sont les causes les plus fréquentes des crises convulsives, d’ailleurs face à un épisode assez long, il faut suspecter une intoxication ; plusieurs produits sont incriminés tels les produits anti-limaces, les insecticides, les pesticides ou encore les produits de peinture.
  • Une insuffisance rénale a un stade avancé ou une insuffisance hépatique.
  • L’hydrocéphalie congénitale caractérisée par une dilatation partielle du cerveau.
  • Un manque d’oxygénation.

Cependant, si votre chat ne souffre d’aucune des altérations précédemment évoquées, cela peut indiquer une cause d’origine idiopathique.

Les symptômes de la crise d’épilepsie chez le chat

Une crise d’épilepsie convulsive chez le chat se manifeste par une attaque généralisée et des crises dites partielles, un fonctionnement anormal des neurones peut en être responsable.

On distingue deux formes : une forme d’épilepsie dite essentielle ou primaire ou encore idiopathique, survenant en absence de lésion cérébrale ; aussi, il y’ a la forme secondaire, autrement dit lésionnelle liée essentiellement à une lésion au niveau du cerveau.

Cliniquement on peut reconnaître un chat qui fait une crise d’épilepsie s’il présente les symptômes suivants :

  • Des contractions musculaires intenses.
  • Des mouvements involontaires et désordonnés y compris des tremblements, et des mouvements de pédalages des membres.
  • Une miction involontaire et une hypersalivation.
  • Une perte totale de la conscience, le chat ne manifeste aucune réaction vis-à-vis de son entourage.
  • Le chat exprime une forte désorientation, une peur et de l’anxiété.

Une crise d’épilepsie féline complète décrit trois phases différentes

  • La phase d’aura, est une phase où les symptômes sont plutôt discrets, l’animal montre un trouble comportemental, une peur inexplicable, il devient anxieux, nerveux et désorienté, souvent fuyant le contact humain. En gros, votre chat agit d’une manière étrange.
  • La phase d’ictus, c’est la crise proprement dite, ou encore appelée la phase de la décharge électrique durant laquelle l’animal perd connaissance, tombe sur le côté, son corps est tétanisé, ses mouvements sont incontrôlés, accompagnés de miaulement, d’hyper salivation et de miction involontaire. Elle dure beaucoup moins longtemps que la phase qui la précède entre 1 et 5 minutes.
  • La phase post-ictale, ou la phase de récupération est la dernière étape de la crise épileptique, pendant laquelle le félin récupère, après l’épuisement cérébrale qu’il vient de subir. Sa durée peut être de quelques minutes voire même de plusieurs jours, pendant cette période le chat est fatigué, prostré, inquiet voire même agressif, en état de confusion et toujours désorienté.

Pour pouvoir diagnostiquer ce trouble neurologique, votre vétérinaire traitant après vous avoir posé plusieurs questions concernant votre chat, ses antécédents médicaux, l’histoire de la maladie, le nombre et la fréquences de crises ainsi que d’autres questions qu’il pourrait juger pertinentes, il fera quelques examens complémentaires pour orienter et confirmer le diagnostic, mais surtout déceler la cause du mal de votre chat, si elle est lésionnelle ou idiopathique, afin de lui dispenser le bon traitement.

Parmi ces examens, un bilan hématologique complet pour examiner la crase sanguine, un bilan urinaire, hépatique et rénal détaillé pour pouvoir contrôler l’état et le fonctionnement de ses organes, en plus des examens radiologiques (scanner et IRM) et une ponction du liquide cérébro-spinal.

Comprendre la crise d’épilepsie partielle

Cliniquement, la manifestation d’une crise d’épilepsie dépend en grande partie de l’animal lui-même.

De ce fait il existe deux formes bien distinctes : les crises épileptiques félines partielles ou focales, et les crises d’épilepsie félines généralisées.

Les crises d’épilepsie généralisées : ces crises sont principalement le résultat d’une décharge électrique anormale touchant, et altèrent le bon fonctionnement cérébral (tout le cerveau est impliqué), ce qui va par la suite inévitablement impliquer l’ensemble du corps de l’animal.

Les crises généralisées sont violentes et peuvent entraîner une perte de connaissance associée à une altération de l’activité motrice, à ce moment-là on parle d’une crise de grand mal  ; comme elles peuvent être à l’origine de ce qu’on appelle un état d’absence, où l’animal perd connaissance mais sans qu’il n’y ait de contractions musculaires intenses, dans ce cas en parle plutôt de crise de petit mal.

Les crises d’épilepsie partielles ou focales

Ces crises particulièrement brèves, d’origine souvent idiopathique ; et parfois secondaire, sont dues à une lésion intracrânienne localisée telle que les tumeurs, les traumatismes et les accidents vasculaires, elles dépendent essentiellement de la où les zones cérébrales sont altérées, ainsi les répercussions vont être soit comportementales, motrices ou autre.

Les crises convulsives focales sont souvent les plus fréquentes, difficiles à reconnaître et plus discrètes, généralement elles n’altèrent pas l’état de conscience du félin, dans ce cas, la crise est dite simple.

Néanmoins, en plus de l’hyper salivation et de la dilatation pupillaire observée chez l’animal, le miaulement, les troubles comportementaux, les tremblements et la perturbation de la motricité, une altération de l’état de conscience (l’animal est prostré, un état d’absence assez bref, dure que quelques minutes) est toujours probable, dans ce cas il s’agit d’une crise d’épilepsie partielle dite complexe.

Découvrir la crise tonico-clonique chez le chat

C’est le type le plus violent et impressionnant des crises convulsives félines. Pour simplifier, la succession des spasmes et contractions musculaires constitue la première étape appelée la phase tonique de la crise, ensuite une seconde phase prend le relais, c’est la phase clonique, où on va assister à des mouvements musculaires plus rythmés, des mouvements de pédalage des membres et claquement des mâchoires sans que l’animal avale sa langue.

Une crise tonico-clonique produit les mêmes signes précédemment cités : une salivation exagérée, une émission incontrôlée d’urine, des difficultés respiratoires (apnées et des crises dyspnéiques), une dilatation des pupilles, une prostration, une désorientation et une peur extrême.

Réagir face à un chat en crise

Lorsque le chat fait une violente crise compulsive, il ne faut surtout pas paniquer, et essayer le plus possible de rester calme. Toutefois, il est impératif d’agir face à cette situation, et de faire en sorte de limiter la souffrance de son animal en prenant les bonnes mesures d’urgence.

Voici ce qu’on vous propose de faire si vous vous trouvez seuls face à votre animal en pleine crise d’épilepsie :

  • Sachez que pendant la crise d’épilepsie vous ne pouvez pas faire grande chose pour aider votre animal de compagnie.
  • Restez calme, et faites en sorte de garder calme son entourage, les bruits peuvent stimuler d’avantage votre animal et empirer la situation.
  • Contrairement à une crise d’épilepsie chez les êtres humains, ne cherchez pas à libérer sa langue de peur qu’il s’étouffe, le refoulement de la langue ne touchent pas les chats, cependant vous pouvez vous faire mordre car ses mouvements ne sont pas contrôlés et échappent à la volonté du chat lors d’une crise convulsive.
  • Il ne faut jamais manipuler un chat en pleine crise de convulsion, vous devez juste éviter qu’il se fasse mal, donc prenez soin d’écarter de lui tout objet sur lequel il pourrait se cogner, vous pouvez disposer des coussins autour de lui, mais c’est tout, n’en faites pas plus.
  • Pendant la crise d’épilepsie ne touchez pas à votre chat, n’essayez pas de contenir ses mouvements, contentez-vous d’éloigner tout objet susceptible d’être dangereux, et de prévenir une éventuelle chute.
  • Une fois l’épisode épileptique terminé, il faudra immédiatement emmener le chat chez votre vétérinaire traitant, pour une éventuelle consultation en urgence, trouver la cause de ces crises et d’instaurer un plan de traitement adapté.
  • Le plus souvent, votre chat ne risque pas de périr à cause d’une crise épileptique, néanmoins, la succession de plusieurs épisodes tonico-clonique, dans un laps de temps assez réduit, peut mettre la vie de votre animal en danger.

Quels sont les signes qui doivent alerter ?

Les crises convulsives de votre animal domestique se manifestent par des signes qui peuvent être organisés en 3 phases : avant, pendant et après la crise.

  • Avant la crise épileptique vous pouvez constater un brusque changement dans son comportement, votre chat agit bizarrement, il peut fuir votre présence comme il peut réclamer votre attention, il est manifestement désorienté, prostré, inquiet, parfois agressif, il miaule ou encore grogne sans cesse.
  • Quant à la crise proprement dite, l’animal commence à trembler, des contractions et des spasmes involontaires et intenses apparaissent, des mouvements de pédalage de ses membres, associés à une hyper salivation, une miction et une émission de selles incontrôlées, une mydriase ou dilatation des pupilles, avec une altération de son état de conscience.
  • À la fin de l’épisode épileptique, votre chat va se trouver toujours désorienté, perdu, mais d’une manière plus ou moins intense, que pendant la crise ; fatigué, et ne réagissant pas, pendant une courte durée, le temps de récupérer un peu et, de retrouver ses esprits.

Le traitement contre les crises d’épilepsie

Il faut être conscient que les crises d’épilepsie chez votre animal ne doivent pas être prises à la légère. Il faudra suivre les mesures adéquates, et en parler avec votre vétérinaire, car c’est le seul pouvant trouver l’origine des crises, grâce à de nombreux examens complémentaires, ainsi le bon traitement à appliquer pourra être choisi.

En premier, le traitement consiste à administrer un anticonvulsivant en urgence en intraveineuse, pour protéger le cerveau vulnérable face aux crises convulsives répétitives.

Si la cause du mal du chat est idiopathique alors, votre vétérinaire va vous prescrire des anticonvulsivants quotidiens à vie à dose minimale efficace.

En revanche, si la cause d’origine est décelée lors de l’examen, le traitement prescrit doit être adapté à ses lésions qui peuvent toucher plusieurs de ses organes tels que le cerveau, le foie et le rein. Les contrôles chez le vétérinaire doivent être minutieusement respectés, afin de suivre de plus près l’évolution de la maladie.

La prévention crise d’épilepsie chez le chat

La prévention de la survenue des crises d’épilepsie convulsives chez le chat se fait en fonction du type, de la forme de l’épilepsie chez le félin, mais également de son origine. Lorsqu’il s’agit d’une crise idiopathique ou primaire, il convient essentiellement de ne pas oublier de donner à votre chat son traitement d’anticonvulsivant quotidien, d’effectuer des visites et tests de contrôle fréquents.

Tandis que dans le cas où la cause est lésionnelle, et qui a été décelée cliniquement, il suffit d’éviter tous ce qui favorise les crises épileptiques, comme les peintures, les pesticides, tous les produits pouvant induire une intoxication ( les intoxication sont les causes majeures des crises d’épilepsie chez le félin), et pour intercepter les troubles sanguins, métaboliques, il est fondamental, de faire passer des examens de contrôles chaque 3 à 6 mois.

De même protéger votre animal domestique des accidents et traumatismes inattendus et qui favorisent fortement la naissance de décharge anormale conduisant à des crises d’épilepsie douloureuses.

Questions fréquentes


Lors d’une crise d’épilepsie chez un chat, son corps se raidit, une contraction musculaire intense qui se produit, et surtout des mouvements incontrôlés, dominent le tableau clinique de la maladie, c’est également le cas des muscles buccaux, qui vont subir la même chose (rigidité) et donc ils vont être incapables d’effectuer les mouvements propres à la déglutition de la salive, ce qui fait que la salivation exagérée ou l’hyper salivation est l’un des signes accompagnateurs d’une crise convulsive, autrement dit elle est normale pendant une crise d’épilepsie féline.


Comme on vient de le développer antérieurement, les crises d’épilepsie chez le chat ne durent que quelques minutes. Aussi la règle d’or est de ne surtout pas paniquer, ne pas brusquer ou interférer avec les mouvements de votre chat. Cela bien entendu est dans le cas où une crise épileptique survient pendant que votre chat est debout, en train de manger ou jouer, mais alors, qu’en est-il de l’attitude à suivre dans le cas où votre chat convulse en plein sommeil ?

Il s’agit toujours d’une crise convulsive épileptique, dont une impulsion nerveuse anormale perturbe le système nerveux de votre animal, en conséquence d’une lésion cérébrale ou non. Ce qui veut dire que suivre la même attitude mais sans réveiller votre chat, car cela peut allonger la durée de la crise, le blesser, ou endommager d’avantage son cerveau.

Il ne faudra pas déplacer le chat ni le secouer, éviter de faire du bruit et diminuer la lumière, car cette dernière peut le stimuler est entretenir la crise. Il faudra également éviter une éventuelle chute en l’entourant avec des coussins. Lorsque le chat sera réveillé et aura récupéré un peu ses forces, il faudra l’emmener chez le vétérinaire pour une consultation.


La plupart des crises d’épilepsie félines sont de courte durée : de quelques minutes seulement.

Ces crises ne sont qu’une répétition des mouvements musculaires involontaires, due à une brusque décharge nerveuse au niveau du cerveau, les manifestations ou symptômes peuvent être éliminés si la cause primaire est diagnostiquée et qu’un bon traitement est dispensé à votre animal domestique, cela dit la répétition des crises convulsives qui se produisent dans des laps de temps rapprochés, peuvent être dangereuses pour le félin, lui causer des séquelles irréversibles, qu’il sera contraint de subir pour le restant de sa vie.

Dans certains cas, plus sévères, son système nerveux succombe à la violence de l’attaque épileptique, ce qui va entraîner la mort de l’animal. Cela reste exceptionnel mais pas à exclure, généralement une crise épileptique n’est pas censée être mortelle chez le chat.

Les charges électriques répétitives et surtout rapprochées dans un temps court, risquent de brûler et de détruire les cellules neurologiques, et de manière irréversible. Le cerveau subit des altérations et perd son bon fonctionnement, pouvant ainsi causer la cécité, la paralysie, et une fatigue constantes. Dans des cas plus rares, la vie du chat est menacée.

Toujours impressionnantes, les crises d’épilepsie chez votre chat nécessitent du calme, une certaine connaissance de ses signes alarmants, pour pouvoir les gérer et intervenir efficacement, avec un minimum de dégâts, dans ce but plusieurs mesures et précautions de sécurité doivent être prises en considérations. Il est fortement conseillé de demander des conseils à son vétérinaire traitant pour avoir des informations concernant la façon de s’y prendre lors des crises d’épilepsie chez le chat.