Comparez + de 3000
assurances en 2 minutes

à partir de 3,90€ / mois

Comparez les
assurances animaux

100% gratuit & sans engagement

Chat qui éternue

Causes diverses des éternuements chez le chat

Quand la muqueuse nasale du chat subit des irritations, il éternue. Dans la majorité des cas, les éternuements sont dus à une rhinite.

La rhinite peut avoir plusieurs causes :

  • Une affection virale.
  • Une affection bactérienne.
  • Quand un corps étranger pénètre dans sa cavité nasale, le chat éternue, c’est une réaction naturelle qui a pour but d’expulser les corps étrangers et se débarrasser de la gêne qu’ils peuvent occasionner.
  • Le chat peut être atteint de coryza, et ce même s’il est vacciné, elle est souvent accompagnée d’écoulements nasaux, de larmes et d’une grande fatigue qui l’affaiblit fortement.
  • Des malformations congénitales ou dues à un traumatisme desquels peut souffrir le chat peuvent être à l’origine des éternuements, dans ce genre de cas, une inflammation de la muqueuse la sensibilise.
  • Les polypes du chat peuvent également être à l’origine des éternuements, ce sont des tumeurs bénignes touchant les voies respiratoires du chat, ils ont de nombreux symptômes dont les éternuements. Les chats les plus jeunes sont particulièrement touchés par les polypes.
  • Dans certains cas, des tumeurs nasales peuvent être la cause des éternuements, elles s’accompagnent d’autres symptômes tels que des difficultés à respirer et une dégradation de l’état général du chat.
  • Il est très rare qu’une allergie soit la cause d’éternuements chez le chat, il s’agit généralement d’irritations causées par l’environnement dans lequel il évolue et l’air qu’il respire, ainsi de la fumée, de la poussière ou les produits utilisés lors du ménage peuvent causer des irritations nasales chez son animal de compagnie.

Éternuement et nez qui coule chez le chat

Les éternuements et le nez qui coule chez le chat sont généralement les symptômes d’un rhume, tout comme les humains, il peut contracter cette maladie, elle est transmissible d’un chat à l’autre, mais ne se transmet pas à l’homme, ses symptômes sont : une perte d’appétit, le nez qui coule, de la fièvre, des éternuements et plus rarement de la toux.

En général, le rhume du chat est une affection bénigne et guérit assez rapidement (une dizaine de jours environ) si le chat bénéficie d’une bonne prise en charge et d’un traitement adapté, mais dans le cas contraire, et que le rhume n’est pas traité, il y a des risques qu’il évolue en pneumonie, il faudra donc emmener son chat en consultation chez le vétérinaire dès que ces symptômes sont constatés chez lui pour lui éviter d’éventuelles complications.

Le coryza (grippe du chat) a des symptômes similaires au rhume chez le chat, c’est une affection virale du système respiratoire, elle est très contagieuse et touche généralement les chats qui n’ont pas été vaccinés, mais tous les chats courent le risque d’être atteints de cette affection. Le coryza représente un réel danger pour la santé du chat, il peut entrainer de graves complications telles que des pneumonies.

Si le chat éternue et a le nez qui coule, il est impératif de l’emmener chez le vétérinaire pour une consultation, ainsi, si le coryza est confirmé, une prise en charge rapide et assez délicate sera nécessaire pour soigner son animal de compagnie, il n’existe pas de médicament pour traiter le coryza, l’administration d’un traitement de soutien est préconisée, ainsi qu’une nutrition adaptée.

Les symptômes du coryza chez le chat

Le coryza est une maladie infectieuse due à plusieurs bactéries et virus, elle touche les voies respiratoires du chat, elle est complexe et très contagieuse. Elle représente un réel danger pour la santé du chat.

La période d’incubation du coryza est très courte, entre 2 et 5 jours, plusieurs symptômes apparaissent chez le chat atteint de cette maladie :

  • On peut remarquer des éternuements chez le chat, ainsi que d’autres problèmes respiratoires : sifflements lors de la respiration, toux et nez qui coule.
  • Des ulcérations buccales peuvent éventuellement apparaitre chez le chat. Elles sont très douloureuses, on remarque alors une forte salivation du chat.
  • Très souvent, le chat peut avoir de la fièvre et une perte d’appétit suite aux ulcérations buccales qui causent de fortes douleurs lors son alimentation.
  • Fort affaiblissement du chat suite à la perte d’appétit, la fièvre et aux différents problèmes respiratoires causés par le coryza.
  • Des symptômes oculaires peuvent apparaître : une conjonctivite, des écoulements des yeux qui peuvent être purulents, ces secrétions collent les paupières du chat entre elles.
  • Inflammation des ganglions du cou dans certains cas.
  • Une possible évolution du coryza en pneumonie si cette maladie n’est pas traitée.

Il faut savoir que le coryza peut causer le décès du chat s’il n’est pas traité, notamment s’il est fortement affaibli par la maladie et les différents symptômes qu’elle cause. Une prise en charge rapide chez le vétérinaire permet de limiter les risques en lui administrant un traitement et une alimentation adaptés.

Les symptômes d’un polype du chat

Les polypes du chat sont une tumeur bénigne qui touche le nasopharynx, l’oreille moyenne ainsi que le conduit auditif externe. Les polypes sont des tissus fibrovasculaires recouverts d’épithélium, ils s’accompagnent d’amas de cellules inflammatoires, ils grossissent progressivement dans le canal externe de l’oreille, et l’arrière de la gorge du chat.

Les polypes s’accompagnent des symptômes suivants :
Obstruction des voies respiratoires par les polypes qui croissent à l’arrière de la gorge du chat.

  • Le chat a du mal à respirer et commence à avoir une respiration bruyante.
  • On constate des changements dans la voix du chat quand il miaule.
  • Des éternuements assez fréquents peuvent être constatés chez le chat.
  • Le chat garde la bouche ouverte pour pouvoir respirer à cause du polype qui obstrue ses voies respiratoires.
  • Si l’oreille du chat est atteinte, un otite pourrait apparaître chez lui, aussi, il est possible qu’il penche constamment la tête vers le côté de l’oreille atteinte, qu’il soit déséquilibré ou qu’il se mette à marcher en cercle.
  • Le chat ressent des douleurs quand il ouvre la bouche.
  • Le chat a du mal à se nourrir et on constate une perte de poids plus ou moins importante chez lui.
  • Détérioration de l’état de santé général du chat et son affaiblissement.

Mycose nasale du chat

La Cryptococcose est une mycose respiratoire du chat, elle très fréquente chez ce dernier, elle est causée par le Cryptococcus neoformans qui est un agent pathogène.

La principale raison de contamination des chats sont les excréments d’oiseaux, elle touche plusieurs espèces animales autres que le chat, les risques de contamination se voient augmentés dans un environnement sombre et humide.

Tous les chats peuvent contracter une mycose nasale, sans distinction d’âge ou de race, toutefois, certaines races de chats y sont plus sensibles que d’autres.

L’inhalation de spores contenues dans les excréments d’oiseaux, cause une infection des voies nasales du chat, causant un affaiblissement du système immunitaire. L’infection peut également toucher les poumons du chat ou se propager dans le sang causant l’infection de plusieurs organes internes.

Symptômes de la mycose nasale du chat :

Une mycose nasale du chat peut se traduire par plusieurs symptômes :

  • Des éternuements et un jetage qui peut toucher une, ou les deux narines, il peut être mucopurulent ou séreux voire même hémorragique.
  • Un gonflement au-dessus du nez qui est douloureux pour le chat.
  • L’infection cause des difficultés de respiration chez le chat, on constate alors une respiration bruyante de son animale de compagnie.
  • La toux peut se manifester chez le chat.
  • Des ulcérations de la narine peuvent apparaître ainsi que des gonflements sous cutanés.
  • Des problèmes oculaires : les yeux du chat peuvent être touchés par l’infection causant des affections oculaires tels que la conjonctivite ou un décollement de la rétine.
  • Des symptômes neurologiques : le chat peut souffrir de convulsions, de dépression, de perte de l’équilibre, il est également possible de constater qu’il penche la tête vers le côté et qu’il ne peut pas marcher droit, il se met à tracer un cercle avec ses déplacements.
  • Des changements dans le comportement du chat peuvent être constatés.
  • Le chat peut souffrir de fièvre, de perte de poids et de perte d’appétit.
  • Des troubles urinaires peuvent apparaitre chez le chat.
  • Les symptômes qui apparaissent chez le chat dépendent des organes touchés par la Cryptococcose.

Les Examens cliniques pour identifier un polype (scanner...)

Pour traiter des polypes nasopharyngés de façon efficace, un diagnostic précis est nécessaire, ainsi, le vétérinaire sera en mesure d’administrer le traitement adapté au chat.

Les polypes peuvent avoir des signes cliniques peu spécifiques, dans ce cas, le vétérinaire devra avoir recours à des examens complémentaires nécessaires pour établir un diagnostic avec précision.

Pour établir le diagnostic, le chat devra être soumis à l’anamnèse, à un examen clinique complet, à l’imagerie médicale (scanner) à un examen histologique et éventuellement à une exploration chirurgicale.

Traitement si le chat est atteint du coryza

Le coryza chez le chat est une maladie complexe, elle est causée par l’association de plusieurs virus et bactéries, c’est pour cela qu’aucun traitement médicamenteux spécifique n’existe pour soigner cette maladie.

Le traitement appliqué au chat atteint de coryza est un traitement de soutien :
Veiller à ce que le chat soit bien hydraté en lui proposant de l’eau fréquemment au cours de la journée.

Il faudra procéder de façon régulière au nettoyage des écoulements du nez du chat.
Des agents mucolytiques sont administrés au chat pour fluidifier le mucus de son nez.
En cas de fièvre ou d’ulcérations buccales, des anti-inflammatoires sont administrés au chat.

Un chat atteint de coryza peut souffrir d’une perte d’appétit et d’anorexie, cela risque de fortement l’affaiblir, il faudra donc veiller à ce qu’il s’alimente, et ce en lui proposant une nourriture appétissante pour lui et le pousser à s’alimenter. Si l’anorexie persiste, le vétérinaire aura recours à une alimentation par sonde.

Traitement et opération si le chat a un polype

Pour le traitement de polypes chez le chat, il faudra obligatoirement passer par la chirurgie, aucun traitement médicamenteux ne peut le faire disparaître, les antibiotiques sont inefficaces dans ce cas.

Plusieurs méthodes chirurgicales peuvent être pratiquées pour extraire les polypes nasopharyngés, mais principalement deux d’entre elles sont utilisées :

- La première méthode est peu onéreuse, mais a peu de chances de réussite, pour la pratiquer, le chat est mis sous sédatif puis un extracteur est introduit dans sa bouche pour saisir le polype visible à l’arrière de la gorge afin de l’extraire. Le problème avec cette méthode, c’est que les racines du polype ont de grandes chances de rester dans la bulle tympanique et qu’il repousse au bout de quelques semaines. Cette méthode est généralement utilisée quand les polypes étouffent un chat qui est trop jeune ou affaiblit ou qui ne peut pas supporter une opération trop lourde et que l’anesthésie est trop risquée.

- La deuxième méthode, qui est la plus indiquée et la mieux pour traiter les polypes du chat, est l’ostéotomie ventrale bullaire également appelée Ventral Bulla Osteotomy (VBO), le prix de cette opération dépasse les mille euros, mais il n’y a quasiment aucun risque que les polypes repoussent après l’avoir pratiquée, et les risques de complications sont minimes. Une incision chirurgicale dans la bulle tympanique est pratiquée par le vétérinaire, puis il effectue un nettoyage complet de la cavité en effectuant des grattages pour déraciner le polype et insérer un drain. Le chat devra rester quelques jours chez le vétérinaire suite à l’opération, et des soins post opératoires seront nécessaires.

Traitement pour lutter contre la mycose nasale du chat

Pour soigner un chat souffrant d’une mycose nasale, un traitement long et assez délicat est nécessaire :

Dans les cas de maladie de forme légère, le vétérinaire prescrit au chat du fluconazole qui sera administré au chat pendant deux mois au moins.

Certains autres médicaments anti fongiques pourraient également être utilisés mais ils n’offrent pas de bons résultats dans le cadre du traitement de la mycose nasale du chat.

Le vétérinaire peut également avoir recours à la chirurgie pour retirer les zones infectées, cette opération est pratiquée quand cela est possible et un traitement médical est également administré.

Le chat devra être cliniquement suivi pendant plusieurs mois, des complications peuvent se présenter suite aux traitements administrés.

Prévention hygiène nasale

Une bonne hygiène nasale du chat est très importante pour prévenir certaines affections. Même si le chat effectue sa toilette de façon quotidienne, il aura besoin de l’intervention de son propriétaire pour nettoyer l’intérieur de ses narines.

L’hygiène nasale permet d’éviter l’obstruction des narines du chat, elle améliore grandement son confort de vie, il respire mieux. Elle permet également de retirer toutes les saletés qui peuvent s’accumuler à l’intérieur de ses narines, ainsi que des différentes secrétions de ces dernières.

Certaines pathologies dont pourrait souffrir le chat nécessitent un nettoyage de ses narines, cela permet de le soulager et d’éliminer les différentes secrétions ces affections pourraient causer.

Il faudra habituer le chat à ces nettoyages dès son plus jeune âge, il faudra également s’y prendre délicatement et utiliser des produits adaptés pour son chat.

Questions fréquentes


Les éternuements chez le chat se produisent quand il ressent une gêne dans ses narines ou si elles sont irritées de façon passagère, c’est tout à fait naturel, les chats de tous âges éternuent, néanmoins, si les éternuements sont fréquents et que son nez coule, c’est probablement le signe d’une affection plus ou moins grave.

Les différentes pathologies causant les éternuements chez le chat sont nombreuses, et elles touchent les chats qu’ils soient jeunes ou vieux, mais les risques de contracter ces maladies varie en fonction de l’âge du chat. Certaines maladies touchent plus particulièrement les jeunes chats, et d’autres les chats les plus âgés.


Dans le cadre d’un polype incurable du chat, des soins palliatifs existent pour le traiter en fin de vie, ils garantissent une approche humaine et douce pour son animal de compagnie pendant cette dure période.

Les soins palliatifs visent à gérer la douleur que peut ressentir le chat en ayant recours à diverses thérapies et ce, en utilisant des médicaments et des traitements de soutien, ainsi il est possible d’éviter le stress lié à la maladie et aux douleurs qu’elle cause, et de garder le contrôle de la situation.

Le choix des soins palliatifs doit être adapté à son chat et à sa maladie, généralement, les thérapies médicamenteuses et les traitements de soutien sont utilisés de façon combinée pour obtenir les meilleurs résultats. Ainsi, des médicaments sont utilisés pour soutenir les fonctions digestives, gérer le stress et gérer la douleur, il se peut même que des interventions chirurgicales soient pratiquées.

La nutrition également est adaptée dans le cadre des soins palliatifs du chat, des compléments alimentaires peuvent aussi être utilisés.