Comparez + de 3000
assurances en 2 minutes

à partir de 3,90€ / mois

Comparez les
assurances animaux

100% gratuit & sans engagement

L’insuffisance hépatique chez le chat

Le foie est considéré comme la plus grande glande de l’organisme. Cet organe est situé dans l’abdomen contre le diaphragme. Le foie du chat intervient dans plusieurs métabolismes, processus de digestion et de détoxification.

Comme chez tous les mammifères, le foie est un organe vital chez le chat. Tout dysfonctionnement du foie peut avoir des conséquences graves sur la santé de l’animal.

Les fonctions du foie chez le chat

  • Le stockage : le foie stocke l’énergie sous forme de sucres qu’il mobilise lorsque l’organisme en a besoin. Il stocke également la vitamine B12 et le fer.
  • La synthèse : le foie intervient dans plusieurs métabolismes (des protéines, des lipides, des glucides) et intervient dans la synthèse et la libération de la bile qui a un rôle important dans le processus de digestion surtout des lipides.
  • La détoxification : le foie joue le rôle d’élimination et de neutralisation des toxines produites par l’organisme ou apportées dans l’alimentation (alcool par exemple).

L’insuffisance hépatique chez le chat est la diminution brutale ou progressive des fonctions hépatiques. Il s’agit d’un trouble fréquent qui touche tous les chats et beaucoup plus les chats âgés et peut avoir des conséquences très graves s’il n’est pas pris en charge rapidement.

Le foie est un organe qui se régénère rapidement, c’est-à-dire, en quelques jours seulement la régénération des cellules hépatiques se fait via les cellules ovales présentes dans les tissus hépatiques. Raison pour laquelle, l’insuffisance hépatique se manifeste par des signes cliniques que lorsque 70% du foie est lésé.

Deux formes de l’insuffisance hépatique chez le chat

  • L’insuffisance hépatique aiguë : il s’agit d’un trouble hépatique qui apparaît brutalement et d’évolution rapide. L’état du chat se dégrade rapidement et nécessite une prise en charge immédiate. Dans ce cas, l’insuffisance hépatique aiguë est réversible et la guérison est possible.
  • L’insuffisance hépatique chronique : les troubles hépatiques apparaissaient progressivement et se prolongent dans le temps. La prise en charge du chat malade risque d’être longue. Dans ce cas, l’insuffisance hépatique chronique est irréversible.

Les symptômes d’un problème hépatique chez le chat

Les symptômes d’un trouble hépatique chez le chat sont généralement peu spécifiques et peuvent rendre le diagnostic difficile. Les signes cliniques d’un problème du foie chez les félins peuvent être :

  • Léthargie, perte de poids et perte d’appétit.
  • Polydipsie-polyurie (le chat boite et urine beaucoup).
  • Troubles digestifs : nausées, vomissements et diarrhées parfois hémorragiques qui alternent avec des épisodes de constipation.
  • Troubles nerveux : il s’agit d’encéphalopathie hépatique qui se caractérise par des convulsions, un état de conscience altéré, démarche désorientée et une dépression. Ces troubles surviennent après la prise des repas le plus souvent.
  • Troubles rénaux : lésions au niveau tubulaire.
  • Coloration jaunâtre des muqueuses (ictère).
  • Tremblements musculaires.
  • Saignements des gencives et des hémorragies dues à des troubles de coagulation.
  • Dilatation de l’abdomen.

Les causes d’un bilan hépatique perturbé chez le chat

Un bilan hépatique consiste en un dosage de certaines enzymes et d’acides biliaires qui permettent d’établir un diagnostic pour déterminer la cause de l’atteinte du foie.

Un bilan hépatique perturbé chez le chat reflète systématiquement une atteinte hépatique. Or, comme le foie est un organe vital, toute atteinte à cet organe doit alerter sur la nécessité d’une prise en charge médicale rapide chez le vétérinaire.

Parmi les causes qui peuvent être à l’origine des atteintes hépatiques chez le chat : Une maladie du foie peut être causée par le vieillissement du chat, une infection, traumatisme ou pour des raisons génétiques.

D’autres causes sont responsables d’un bilan hépatique chez le chat :

  • Le diabète.
  • Les troubles pancréatiques.
  • Les cholangites.
  • Les infections virales et bactériennes.
  • Tumeurs et cancers du foie.
  • La lipidose hépatique (syndrome du foie gras causée par le refus total de s’alimenter).
  • Les hépatites aiguës ou chroniques du chat.
  • La cirrhose du chat peut également évoluer en insuffisance hépatique.
  • L’ingestion de certaines herbes, de toxines ou de poisons peuvent provoquer des troubles hépatiques : algues, champignons, moisissures, insectes, médicaments, produits chimiques environnementaux). Ces toxines peuvent provoquer des lésions hépatiques.
  • Troubles de la circulation : les caillots sanguins peuvent être à l’origine de troubles hépatiques chez le chat.

Facteur accentuant le risque d’insuffisance hépatique chez le chat

Chez le chat, l’insuffisance hépatique peut avoir plusieurs facteurs de risque :

  • Surpoids ou obésité : un chat obèse ou en surpoids est plus disposé à être victime d’une insuffisance hépatique que les chats en bon état d’embonpoint.
  • Le contact permanent avec les substances toxiques, des herbicides, peinture et les nettoyants ménagers peut favoriser l’insuffisance hépatique chez le chat.
  • L’âge : avec l’âge, les organes du chat commence à se détériorer. L’insuffisance hépatique touche généralement les chats âgés.

Le traitement contre l’insuffisance hépatique féline

Le traitement de l’insuffisance hépatique féline passe d’abord par l’identification de la nature de cette insuffisance.

Dans le cas d’une insuffisance hépatique aiguë chez le chat, le traitement doit être rapide et intensif. Le vétérinaire doit diagnostiquer la cause à l’origine du trouble hépatique car le traitement n’est efficace que lorsque la cause est identifiée.

Le diagnostic repose peu sur l’examen clinique, car les symptômes sont peu spécifiques. Le vétérinaire réalisera des examens au laboratoire pour évaluer la fonction hépatique et des autres organes éventuellement touchés. Dans ce sens, un bilan hépatique est effectué pour détecter la cause du trouble hépatique.

Toute augmentation du taux des enzymes hépatiques : la phosphatase alcaline (ALP), l’alanine transaminase (ALT), l’aspartate transaminase (AST), peut indiquer un trouble hépatique. Le bilan hépatique comprend également le dosage de la bilirubine et de l’albumine qui permet d’évaluer l’état de fonctionnement du foie.

Dans certains cas, la radiographie ou l’échographie permettent de détecter la présence de calculs ou de tumeurs. Une biopsie du foie est généralement nécessaire lors d’une suspicion d’une infection bactérienne.
Le traitement de l’insuffisance hépatique chez le chat dépend donc de la cause et du degré de dégradation des fonctions hépatiques.

Lors d’une insuffisance hépatique aiguë, une hospitalisation est généralement recommandée car le chat doit subir un traitement intensif qui consiste en :

  • Perfusions intraveineuses et soutient nutritif.
  • Protection des fonctions du foie par l’administration de protecteurs hépatiques.
  • Traitement des troubles de la coagulation.
  • Antiacides et antiémétiques.
  • Antibiothérapie dans le cas de présence d’infections bactériennes concomitantes.

Dans le cas d’une insuffisance hépatique chronique chez le chat, il est plus difficile d’identifier la cause. Il est donc essentiel de soutenir la fonction hépatique et d’améliorer la qualité de vie du chat.

Le traitement de l’insuffisance hépatique chronique du chat consiste en :

  • Apport nutritif et soutien des fonctions du foie (antioxydants).
  • Administration d’antiacides lors d’ulcérations gastriques et intestinales.
  • Antibiothérapie dans le cas d’infections bactériennes.
  • Modification du régime alimentaire par la réduction des apports en protéines et du cuivre.
  • Lorsque la cause est vasculaire (shunts hépatiques), l’opération chirurgicale peut être envisagée.
  • Lorsque la cause est tumorale, un traitement chimiothérapique est recommandé.

En résumé, le traitement de l’insuffisance hépatique chez le chat est efficace lorsqu’il est rapidement entamé et l’observation respectée par le propriétaire. Un chat insuffisant peut avoir une bonne qualité de vie lorsqu’il est bien traité.

Prévenir de l’insuffisance hépatique chez le chat

Il est très difficile de prévenir l’apparition de tumeurs ou de calculs hépatiques qui résulteront à une insuffisance hépatique chez le chat. Toutefois, il est possible de prévenir les risques d’une insuffisance hépatique en améliorant les conditions de vie du chat en prenant les mesures suivants :

  • Alimentation : il est important de favoriser une nourriture avec des apports faibles en protéines et en graisses.
  • Réduire les risques d’une lipidose hépatique : une lipidose hépatique est souvent liée au refus de manger à cause d’un stress ou d’une anxiété du chat. Il faut donc limiter les risques d’anorexie chez le chat en mettant en œuvre des stratégies pour faire manger le chat.
  • Fractionner les repas et favoriser une alimentation diététique facilement digestible.
  • Visites de routine : il est nécessaire de consulter régulièrement le vétérinaire car le diagnostic d’un trouble hépatique se fait généralement au hasard d’une consultation.
  • Éviter au chat d’être en contact avec les toxines, les herbicides, les pesticides, les peintures et les produits ménagers (comme l’eau javel) qui sont une des causes d’un trouble hépatique menant à une insuffisance hépatique chez le chat.

Traitement naturel contre l’insuffisance hépatique chez le chat

Plusieurs traitements naturels existent pour lutter contre l’insuffisance hépatique chez le chat. Ils ont pour objectif de soutenir les fonctions du foie par :

  • L’élimination des toxines : comme le Diméthylglycine qu’on trouve dans les levures et les pois. Il a des propriétés d’élimination de toxines et de régénération des cellules du foie.
  • Limiter la suractivité du foie : certaines substances ayant un pouvoir antioxydant permettent de réduire les réactions en chaînes dans le foie. Exemple : extrait de curcumine, qui a également des vertus anti-inflammatoires.
  • Digestion et absorption des aliments : un apport en vitamine B12 permet de soutenir les fonctions de digestion et d’absorption des aliments. La vitamine B12 est présente dans les viandes rouges et les poissons.
  • Détoxification du foie : la méthionine est un acide aminé qui favorise la détoxification du foie et à la métabolisation des graisses. Présente dans le poisson, poulet et les graines de sésames, la méthionine empêche l’accumulation des graisses dans le foie. Des propriétés qu’on trouve également dans la feuille de pissenlit.
  • Soutien de l’activité biliaire : les feuilles d’artichaut ont des propriétés médicales qui permettent de soutenir les fonctions hépatiques et aide à l’écoulement de la bile.

D’autres substances naturelles sont efficaces pour soutenir le foie et lutter donc contre l’insuffisance hépatique chez le chat : le glutathion considéré comme le roi des antioxydants. Il n’existe pas en tant que tel dans l’organisme et a besoin d’un apport nutritif pour sa synthèse (légumes verts, porcs, poulets, œufs).

Régime hépatique pour un chat

Le foie a un rôle essentiel dans le processus de digestion et d’absorption des aliments à travers notamment la transformation des graisses, l’élimination des toxines et le maintien d’une glycémie normale chez le chat.

Raison pour laquelle toute atteinte hépatique doit être prise en charge rapidement que ce soit en termes de traitements médicamenteux ou de mesures alimentaires.
Dés que le vétérinaire confirme la présence d’un trouble hépatique, un régime alimentaire doit être instauré. Un régime diététique a pour but d’aider le foie à fonctionner au mieux et réduire les dommages hépatiques.

Ce régime consiste en :

  • Une alimentation riche en protéines de haute qualité pour réduire la charge de travail du foie. Il s’agit notamment de protéines qui produisent le minimum d’ammoniac (viande rouge, poisson)
  • Une nourriture faible en sodium pour réduire la rétention en eau.
  • Des aliments riches en antioxydants pour limiter les dommages hépatiques.
  • Des glucides hautement digestibles : des glucides complexes, comme la farine d’avoie, contiennent des fibres solubles qui aident à la diminution des taux d’ammoniac et les déchets azotés.
  • Des aliments de qualité contenant des graisses de haute qualité.
  • Une nourriture riche en vitamine E et C ainsi que le sélénium pour éliminer tout stress oxydatif.

Ce régime hépatique chez le chat est recommandé exclusivement par le vétérinaire car lui seul a la capacité de diagnostiquer précisément l’étendue des dommages hépatiques et d’établir une stratégie thérapeutique adéquate.

En résumé, un régime hépatique pour chat consiste en un régime avec des apports en protéines de haute qualité, des glucides complexes et des graisses de haute qualité. Voici quelques exemples de régimes adaptés aux troubles hépatiques chez le chat ci-dessous.

Sources de protéines de haute qualité :

  • Œufs.
  • Fromages faibles en matières grasses.
  • Viande blanche (de préférence de poulet en retirant la peau et les graisses de superficielles).
  • Poisson.

Sources de glucides complexes :

  • Les produits céréaliers à grains entiers : riz brun, flocons d’avoine ou orge.
  • Légumes verts.
  • Légumineuses : haricots, produits de soja.
  • Citrouille.

Sources de graisses de haute qualité :

  • L’huile d’olive, de colza.
  • Les sources d’oméga 3 qui sont l’huile de poisson ou de saumon,

Prise en charge de l’assurance chat pour une insuffisance hépatique chez le chat

L’insuffisance hépatique chez le chat est une maladie qui touche un organe vital et indispensable dans différents processus métaboliques et organiques. C’est une maladie très contraignante et qui peut altérer la qualité de vie du chat. Les traitements et les mesures préventives peuvent durer dans le temps et nécessitent des soins qui peuvent entraîner des frais très lourds et considérables.

Il est donc bénéfique de souscrire à une assurance chat pour bénéficier d’un remboursement partiel ou total des frais vétérinaires. Les taux de remboursements varient en fonction de la formule choisie.

Il existe sur le marché, diverses mutuelles de santé animale et offrent des taux de remboursements différents. Il est donc important de bien choisir la mutuelle la plus adaptée au chat.

Dans le but de faciliter le choix d’une mutuelle santé animale, le comparateur en ligne : animaux-relax.com permet de comparer l’ensemble des mutuelles et aider ainsi à choisir l’assurance chat la plus adaptée à vos besoins.

Questions fréquentes


Pour le chat, plus la prise en charge est rapide, plus le taux de guérison d’une insuffisance hépatique féline est élevé. Il est impossible d’estimer le temps de guérison d’une insuffisance hépatique chez le chat car il dépend beaucoup plus de la gravité des lésions, de la capacité du chat à répondre favorablement aux traitements et à la cause sous-jacente de l’insuffisance hépatique.

Lors d’une insuffisance hépatique chronique, les lésions hépatiques sont irréversibles.

Chez le chat, l’insuffisance hépatique peut être mortelle dans certains cas. Lors d’une hépatite, d’une lipidose hépatique ou d’une atteinte hépatique chronique et sévère, le pronostic s’avère engagé et la mort du chat peut être inéluctable.

Toutefois, si la prise en charge est entamée avant la survenue de dommages irréversibles, le pronostic est favorable.

En résumé, le pronostic d’une insuffisance hépatique dépend de l’étendue des lésions hépatiques. Au-delà de 70% du foie lésé, le pronostic peut être engagé.

Pour obtenir un prélèvement du foie, plusieurs méthodes chirurgicales existent. Parmi lesquelles, la biopsie hépatique ou la ponction biopsie hépatique (PBH) chez le chat.

La biopsie hépatique chez le chat est un geste chirurgical simple qui ne nécessite que peu de matériel et dont le risque opératoire est faible. Toutefois, le vétérinaire doit impérativement réaliser un bilan préopératoire d’hémostase pour éliminer toute éventuelle coagulopathie et donc un risque hémorragique.

La biopsie du foie chez le chat est réalisée avec une aiguille longue sous contrôle échographique et sous anesthésie générale. Il s’agit de la méthode la plus invasive car l’incision sur la peau est petite. Toutefois, le risque est de manquer une pathologie en raison de la petite quantité du prélèvement.

Il existe un autre type de biopsie qui permet un peu plus de confort chirurgical, il s’agit de la biopsie laparoscopique : il s’agit d’une procédure chirurgicale mini-invasive qui permet l’introduction d’une petite caméra (laparoscope) à tarvers une petite incision. Cette technique permet ainsi au vétérinaire d’avoir une meilleure visibilité du foie et l’aider à choisir la meilleure part à prélever.

La biopsie par laparotomie consiste à ouvrir carrément l’abdomen du chat pour examiner directement les organes abdominaux et prélever ainsi un plus grand prélèvement hépatique. Elle se fait sous anesthésie générale.