Comparez + de 3000
assurances en 2 minutes

à partir de 3,90€ / mois

Comparez les
assurances animaux

100% gratuit & sans engagement

Le sida du chat (FIV)

Assez fréquentes, les maladies virales peuvent toucher les chats de tout âge. Certaines nécessitent des prophylaxies virales et des campagnes de vaccinations pour les éviter. Malheureusement, pour d’autres, il n’existe à ce jour aucun vaccin pour leur traitement ou leur prévention. Afin de les éviter, il est important de prendre certaines précautions.

À leur naissance, les chatons sont protégés par les anticorps transmis par la maman. Cette protection est temporaire puisque les anticorps diminuent dans la circulation sanguine à partir de 5 à 6 semaines après la naissance et de disparaître progressivement. La vaccination devient désormais indispensable pour protéger votre chat de certaines maladies virales pour lesquelles un vaccin existe.

Malheureusement, il existe des maladies virales qui n’ont à ce jour aucun vaccin. Il s’agit notamment la Feline Immunodeficiency Virus (FIV) (Virus de l’Immunodéficience féline) appelé le syndrome d’immunodéficience acquise du chat.

Qu’est-ce-que le SIDA (FIV) chez le chat :

Le syndrome de l’immunodéficience féline du chat ou le sida du chat est une maladie grave, mortelle et contagieuse entre les chats causée par le virus de l’immunodéficience féline (FIV).

Le FIV est un lentivirus qui appartient au sous groupe des rétrovirus. Ce dernier entraine une maladie virale d’une longue période d’incubation. Autrement dit la maladie peut évoluer sans symptômes apparents pendant une longue période.

Comme le sida humain mais sans aucun risque de transmission à l’homme, l’immunodéficience virale rend le chat vulnérable aux infections en s’attaquant à ses défenses immunitaires. Elle touche fréquemment la population des chats errants (environ 15% des chats errants sont porteurs du lentivirus) et rarement les chats vivants en appartement ou qui sont rarement en contact avec d’autres chats.

Le FIV désorganise le système immunitaire et au fur et à mesure de l’évolution de la maladie, il diminuera la défense cellulaire en provoquant une autodestruction des globules blancs (précisément les Lymphocytes T4) dont le rôle est de permettre de neutraliser les agents pathogènes présents dans l’organisme.
Cette autodestruction provoquera l’affaiblissement de l’organisme du chat et ce dernier deviendra vulnérable aux infections et aux microbes.

Si le FIV est détecté assez tôt, des mesures et des protocoles prophylactiques peuvent être pris et permettront le contrôle de l’évolution et des symptômes de cette maladie.

Les symptômes du SIDA du chat (FIV)

L’évolution de la maladie du SIDA chez le chat passe généralement par 4 phases :

Première phase :

Quatre à cinq semaines après la contamination, le virus pénètre dans les ganglions les plus proches du point d’entrée, se multiplie dans les lymphocytes T4 et se répand ensuite dans les ganglions du corps.

Conséquence : hypertrophie des ganglions et épisode fiévreux associé à une baisse du taux des globules blancs dans le sang et une baisse de forme.

Généralement, cette phase est temporaire et passe généralement inaperçue. Le chat est désormais séropositif et devient contagieux pour les autres chats.

Deuxième phase :

Au cours de cette période appelée période de latence ou période asymptomatique, tout en s’attaquant en système immunitaire, le virus ne provoque aucun symptôme.

Le FIV est un lentivirus qui appartient au sous groupe des rétrovirus. Il s’agit d’un virus qui provoque des maladies dont la période d’incubation est très longue qui peut durer des années (entre 5 et 10 ans). Autrement dit, le FIV, pendant sa période d’incubation, ne provoque pas de symptômes : Cette phase de la maladie du sida chez le chat est asymptomatique. Toutefois il est un agent porteur du virus donc contagieux pour les autres chats.

Troisième phase :

Il s’agit de la phase la plus symptomatique. En raison de l’affaiblissement de son système de défense à cause des attaques du FIV notamment contre les globules blancs, l’état général du chat se dégrade rapidement et devient vulnérable aux microbes et infections, même les moins dangereux pour des chats séronégatifs. On parle d’infections opportunistes car elles profitent de l’immunodépression du chat pour s’installer.

Le chat a de plus en plus mal de récupérer après les infections et il accumule les troubles au fur et à mesure de l’évolution de la maladie.

Les symptômes ne sont pas spécifiques au SIDA du chat mais s’expriment selon l’organe atteint.

On peut observer notamment :

  • Dégradation de l’état général : fièvre, pelage terne, perte d’appétit, hypertrophie des ganglions lymphatiques, anémie.
  • Infections de la cavité buccales : inflammation de la gencive (gingivites), et inflammation de la muqueuse buccale (stomatites)
  • Symptômes digestifs : diarrhée récurrente et chronique qui revient malgré les traitements, vomissements.
  • Symptômes nerveux : encéphalites, troubles comportementaux (déambulations et troubles du sommeil entre autres) ou des convulsions.
  • Atteintes oculaires : uvéites (inflammation de l’uvée qui est la partie pigmentaire de l’œil).
  • Atteintes du système respiratoire : rhinites, trachéites, coryza.
  • Atteintes cutanées : apparitions des dermites et des abcès cutanés de façon répétée.
  • Atteintes de l’appareil uro-génital : cystites, avortements pour les chattes gestantes atteintes du FIV.
  • Insuffisance rénale : glomérulonéphrites.
  • Tumeurs : lymphomes, leucémies.
  • Atteintes articulaires : polyarthrites.

Quatrième phase :

Un chat atteint d’une immunodéficience virale, en particulier dans la phase terminale, développe et accumule plusieurs troubles à la fois avec notamment apparition du cancer du sang (leucémie). Il peut également être victime de convulsions et d’une insuffisance rénale aigue.

Un chat atteint du FIV succombera à la suite de ces maladies opportunistes.

Mode de transmission :

Le virus du FIV se transmet uniquement du chat à chat, c’est-à-dire le virus ne se transmet pas à l’homme ou aux autres espèces.

Le virus de l’immunodéficience féline (FIV) se trouve généralement dans la salive et dans le sang. C’est pour ça que le mode de transmission le plus fréquent est la morsure profonde lors de bagarres entre chats errants.

Toutefois, d’autres modes de transmissions, peu fréquents et rares, existent. Voici ci-dessous les différents modes de transmissions du FIV, du plus fréquent au plus rare.

- Salive et sang : La morsure profonde
C’est le mode de transmission le plus fréquent. D’après des études, le virus se trouve en grande quantité dans la salive. Toutefois, la transmission par la salive uniquement est quasi nulle. La salive d’un chat porteur du virus doit être en contact direct avec le sang d’un chat sain pour que ce dernier devienne nouveau porteur. Autrement dit, la transmission du virus de l’immunodéficience féline ne se fait que par des morsures profondes. Ce type de morsure est causé par des chats non stérilisés mâles qui ont des comportements agressifs, violents et bagarreurs. Raison pour laquelle, le sida du chat ne se transmet pas ou que rarement chez des chats d’intérieur qui s’entendent bien et ne se bagarrent pas.

- Transmission sexuelle :
Le virus de l’immunodéficience féline est présent dans le sperme du chat séropositif. Toutefois, le mode de transmission par voie sexuelle est totalement marginal et rare.

Cependant, dans certains cas, au moment du coït, le mâle et la femelle peuvent devenir agressifs et une morsure peut être la cause de la transmission du virus.

- Transmission lors de la mise-bas :
Assez rare, une chatte porteuse de virus peut transmettre le FIV à ses chatons lors de la mise-bas et surtout lors du toilettage.

- Transmission par toilettage/léchage :
Ce mode de transmission de salive à salive est très rare car le FIV a une durée de vie très limitée dans le milieu extérieur (environ 10 minutes). Toutefois, un chat porteur du virus qui lèche une plaie profonde d’un autre chat peut transmettre le virus.

- Contamination par le lait :
Le lait maternel d’une chatte porteuse du virus peut être vecteur du FIV pour les chatons.

Comment se déclenche le SIDA du chat :

La maladie du sida chez le chat demeure silencieuse et asymptomatique une grande partie du temps jusqu’à son réveil. Ce réveil de la maladie se déclenche à la suite d’une quelconque maladie ou d’un stress important. Il se peut cependant ne pas y avoir aucune raison pour le déclenchement ou le réveil du virus de l’immunodéficience féline présent chez le chat.

Comment soigner un chat qui a le sida :

La maladie du sida du chat est une maladie mortelle. Le pronostic vital peut être engagé dés le diagnostic de cette maladie chez votre animal de compagnie.

L’objectif est d’allonger au maximum la période asymptomatique ou de latence avant le « réveil » de la maladie. Des chats porteurs du virus peuvent vivre longtemps s’il est protégé et bien entretenu.

Malheureusement, il n’existe à ce jour aucun traitement ou vaccin efficace pour le traitement du sida chez le chat. Toutefois, l’objectif du traitement du sida chez le chat est donc d’améliorer la qualité de vie de votre animal atteint du FIV. Dans ce sens, la conduite à tenir étant de traiter les maladies qui profitent de l’affaiblissement de l’organisme du chat au fur et à mesure de l’évolution de la maladie du sida (maladies opportunistes). Le vétérinaire peut prescrire des traitements lourds à base d’antibiotiques et de corticoïdes pour traiter ces maladies opportunistes.

Cependant, Il existe actuellement quelques thérapies à l’Interféron qui s’avèrent prometteuses dans la gestion de la maladie du sida du chat :

- Interféron félin à forte dose : il peut faire disparaître les symptômes des maladies opportunistes par son action de stimulation de l’activité immunitaire. A cause du prix élevé du traitement et de son inefficacité dans certains cas, son utilisation demeure rarissime et impopulaire.

- Interféron humain à faible dose : efficace uniquement chez les chats en phase primaire, lorsque l’état général n’est pas dégradé. Cette thérapie augmente la durée de vie du chat et améliore son tableau clinique.

Un chat atteint du sida est un chat très vulnérable : il est donc nécessaire de doubler de vigilance en ce qui concerne son hygiène, son alimentation et son état général. Dans ce sens, il est primordial de :

  • Vermifuger régulièrement (4 fois par an) votre chat pour éviter les infections parasitaires.
  • Vacciner régulièrement le chat contre le coryza, la chlamydiose, la leucose et le typhus.
  • Donner une alimentation de qualité.
  • Emmener votre chat chez le vétérinaire à chaque souci de santé même minime.

En résumé, la maladie du sida du chat est une maladie mortelle qui n’a pas de traitement efficace. Il est donc primordial de prendre les mesures préventives nécessaires pour éviter à votre chat une infection au virus du sida félin :

  • Stérilisation des chats, en particulier ceux qui ont tendance à sortir et à devenir agressifs.
  • Séparer les chats sains des chats porteurs du virus.
  • Réaliser des dépistages réguliers contre le FIV.

Combien risque de vous coûter le sida chez le chat :

Traiter la maladie du sida chez le chat implique le traitement des maladies opportunistes qui se déclenchent après l’affaiblissement des défenses immunitaires de votre animal de compagnie.

Dépendant de la nature des maladies qui surviennent, le traitement peut être onéreux et peser lourd dans votre facture.

Entre les frais de consultation, des traitements, des analyses et des autres examens complémentaires, la facture pour traiter l’immunodéficience féline peut être onéreuse.

Une mutuelle santé animale peut être très bénéfique pour amortir les frais vétérinaires et du traitement. Il existe des mutuelles qui remboursent l’intégralité des frais vétérinaires.

N’hésitez pas à visiter notre comparateur de mutuelles : animaux-relax.fr pour bénéficier d’une expertise de différentes mutuelles en termes de tarifs et de formules afin de faire le bon choix de mutuelle en choisissant celle qui le plus aux besoins de votre animal.

Questions fréquentes

Non, le sida du chat n’est pas transmissible à l’homme. Le virus de l’immunodéficience féline (FIV) est spécifique aux chats, aucune transmission n’est possible pour l’homme.

Le virus de l’immunodéficience féline (FIV) est un virus spécifique aux chats. Autrement dit, il n’est pas transmissible aux chiens et aux autres espèces.

La durée de vie d’un chat atteint du sida dépend du stade de l’évolution de la maladie du sida. Si le virus est dépisté avant l’apparition des symptômes, c’est-à-dire, pendant la phase asymptomatique, la durée de vie peut varier entre 10 à 15 ans. Si le chat a déjà déclaré la maladie, la durée de vie se réduit considérablement de quelques mois à quelques années au maximum.

Un chat porteur de virus a potentiellement une durée de vie plus courte que celle d’un chat séronégatif. Cependant, dépister le virus le plutôt possible, prendre les mesures nécessaires pour l’entretien d’un chat infecté, peut allonger la durée de vie de votre chat porteur du virus du sida.