Comparez + de 3000
assurances en 2 minutes

à partir de 3,90€ / mois

Comparez les
assurances animaux

100% gratuit & sans engagement

Chien : La maladie de Cushing

La maladie de Cushing chez le chien

La maladie de Cushing est une affection hormonale, elle est assez fréquente chez le chien. Le syndrome de Cushing se définit comme étant une sécrétion excessive de cortisol, qui est une hormone sécrétée par les glandes surrénales.

Le syndrome de cushing peut se présenter sous deux formes :

  • Il peut être hypophysaire : C’est la forme de maladie la plus courante, une tumeur bénigne en est la cause : la tumeur de l’hypophyse cause une production excessive d’ACTH. L’ACTH est une hormone qui agit sur les glandes surrénales, elle stimule la production de cortisol.
  • Une tumeur d’une des deux glandes surrénales : Ceci peut être à l’origine du syndrome de cushing causant la forme surrénalienne de ce dernier, une quantité excessive de cortisol est produite par la tumeur. La deuxième glande à tendance à s’atrophier.

Les symptômes de la maladie de Cushing chez le chien

Le syndrome de Cushing peut engendrer plusieurs symptômes, mais ils ne vont pas forcément tous se manifester chez le chien.

Les signes cliniques les plus fréquents du syndrome de cushing sont :

  • Le syndrome de polyuro-polydipsie se manifeste chez le chien et il se met à boire et à uriner beaucoup plus que la normale, ce syndrome peut également causer la malpropreté chez le chien, comme il boit beaucoup, il ne peut plus attendre les sorties pour uriner.
  • On constate une augmentation de l’appétit du chien, on parle alors de polyphagie, le chien a tendance à se ruer sur le contenu de sa gamelle et à manger son contenu avec gloutonnement, il redemande de la nourriture tout au long de la journée.
  • On remarque une distension au niveau de son abdomen, son ventre pend.
  • La prise de poids soudaine et l’obésité du chien peuvent être dues au syndrome de Cushing.
  • Le chien éprouve des difficultés à respirer, on constate un halètement au repos et une respiration la gueule ouverte.
  • Le chien se fatigue rapidement, il devient également léthargique.
  • Affaiblissement du chien et fonte de ses muscles.
  • Des signes cutanés peuvent apparaître : des pertes de poils chez le chien, sa peau devient fine et perd son élasticité elle se pigmente aussi.
  • Le chien peut souffrir de troubles neurologiques : des pertes d’équilibres, des convulsions ainsi que des changements dans son comportement.

Le syndrome de cushing peut entraîner de graves complications :

  • De l’hypertension et du diabète.
  • Des infections qui peuvent être urinaires, pulmonaires ou cutanées.
  • Une pancréatite.
  • Une embolie pulmonaire.

Le diagnostic de la maladie de Cushing

Les symptômes du syndrome de cushing sont très indicatifs, le vétérinaire pourra suspecter la maladie en les constatant, mais pour établir un diagnostic précis, le chien devra être soumis à des examens complémentaires.

Ainsi, le vétérinaire, en plus de chercher à identifier la maladie, cherchera également les causes de cette dernière.

Pour établir le diagnostic du syndrome de cushing, le vétérinaire fera passer au chien une série de tests, en fonction des résultats qu’il obtiendra, il sera en mesure de confirmer que le chien est bel et bien atteint par cette maladie.

Le traitement qui sera prescrit au chien dépendra essentiellement de l’origine de la maladie, ainsi après l’identification de la maladie et de son origine, le vétérinaire pourra prescrire au chien le traitement qui sera le plus adapté à son cas.

Les examens à faire pour identifier la maladie de Cushing chez le chien

Pour établir le diagnostic du syndrome de cushing, des tests seront requis, ainsi, le chien devra rester chez le vétérinaire pendant plusieurs heures pour lui passer une série de tests, cela permettra d’identifier avec certitude la maladie.

En général, le vétérinaire procédera principalement à deux tests :

  • Le test de la stimulation à l’ACTH (test au Synacthène) : l’ACTH est injectée pour évaluer le fonctionnement des glandes surrénales en mesurant la quantité de cortisol qu’elles secrètent dans le sang.
  • Le test à la dexaméthasone à doses réduites : la réponse notée à la suite de ce test permet d’écarter ou de confirmer la maladie de Cushing.

Le chien pourra également être soumis à des examens complémentaires :

  • Une échographie abdominale : elle permet de visualiser les tumeurs présentes dans les glandes surrénales, et d’identifier les éventuelles complications.
  • Une radio ou un IRM du cerveau : il met en évidence les tumeurs et les possibles métastases.

D’autres tests seront ensuite passés pour identifier l’origine de la maladie, ainsi, le vétérinaire pourra prescrire le traitement adapté au chien.

Le traitement pour combattre la maladie de Cushing

Le syndrome de cushing peut entrainer de graves complications, c’est pour cela qu’une prise en charge rapide chez le vétérinaire s’impose dès que le chien présente des symptômes qui pourraient indiquer qu’il est atteint de cette maladie, ainsi, il sera traité avant que la maladie n’évolue, et ses chances de rémission seront augmentées.

Le traitement que le vétérinaire prescrira au chien dépend essentiellement de la cause de la maladie.

Voici les différents traitements qu’il est possible d’administrer au chien :

  • Pour la maladie de forme hypophysaire, un médicament à base de trilostane est prescrit au chien. La trilostane agit sur les glandes surrénales et diminue la sécrétion de cortisol. Ce traitement ne vise pas à guérir la maladie, mais à contrôler son évolution, et à améliorer le confort de vie de son animal de compagnie, il devra être administré tout au long de la vie du chien.
  • Il est possible d’avoir recours à la chirurgie pour retirer la tumeur qui se situe dans l’hypophyse, néanmoins, c’est une opération d’une grande complexité et qui est uniquement pratiquée dans les grandes cliniques par des vétérinaires spécialisés et expérimentés.
  • Quand la maladie est de forme surrénalienne, le traitement est chirurgical et consiste en l’ablation de la tumeur de la surrénale par le vétérinaire.

Il faut savoir qu’il n’y a aucune chance de guérison de la maladie de cushing sans traitement, aussi, aucune méthode naturelle n’existe pour la soigner.

Les complications possibles (diabète, hypertension, pancréatite...)

Le syndrome de cushing peut engendrer des complications plus au moins graves chez le chien :

  • Des caillots sanguins pourraient se forment dans ses poumons, on parle alors de Thrombo-embolies pulmonaires.
  • Le chien risque de développer du diabète suite au syndrome de cushing.
  • Des infections pulmonaires, urinaires ou cutanées peuvent apparaitre chez le chien.
  • Le chien peut développer une pancréatite.
  • Le syndrome de cushing peut causer de l’hypertension artérielle.

Évolution de la maladie et espérance de vie avec la maladie de Cushing

Un chien atteint du syndrome de cushing doit être suivi de façon régulière chez le vétérinaire, ainsi, il est impératif d’établir un suivi de son état de santé général, d’apporter des ajustement à la posologie des médicaments qui lui ont été prescrits pour optimiser leurs effets et limiter les risques de complications qui pourraient avoir lieu pendant son traitement.

Au cours du traitement du chien, des tests seront fréquemment réalisés, ils visent à contrôler l’efficacité des médicaments prescrits au chien, ainsi que l’évolution de la maladie.

Des contrôles auront lieu 10 jours après le début de la thérapie, puis d’autres examens seront programmés. Si l’état du chien se stabilise, les contrôles cliniques auront lieu tous les trois mois.

Les médicaments prescrits au chien dans le cas du syndrome de cushing peuvent causer des complications tels que : des vomissements, un affaiblissement du chien, perte d’appétit et diarrhée. Si ces symptômes sont constatés, il est impératif de consulter le vétérinaire les plus rapidement possible, ceci évitera de graves complications au chien.

Le pronostic de rémission du chien dépend de l’origine de la maladie, dans le cas d’une maladie d’origine hypophysaire, les traitements médicamenteux ne permettent pas de le guérir, mais ils augmentent fortement son confort de vie, limitent l’évolution de la maladie et rallongent son espérance de vie.

Le traitement chirurgical du syndrome de cushing de forme surrénalienne offre de bons résultats et des chances de rémission totale du chien, plus particulièrement pour les animaux qui ont bénéficié d’une prise en charge rapide, avant que la maladie n’évolue.

Les tumeurs cancéreuses des surrénales associées à des métastases ont un mauvais pronostic.

Questions fréquentes

Les chats également peuvent contracter le syndrome de Cushing, mais contrairement aux chiens, dont les symptômes sont bien connus, ceux qui apparaissent chez le chat sont beaucoup moins spécifiques :

- Il faut savoir que la grande majorité des chats présentant le syndrome de Cushing (plus de 80%) sont atteints de diabète insulinorésistant.

- Tous les chats souffrant du syndrome de Cushing (100%) développent des lésions cutanées qui se définissent comme étant une peau qui devient très fine et qui présente des lacérations ou des ruptures. Ces lésions peuvent être causées par un simple brossage du chat.

- Une perte ou une prise de poids peut être l’un des symptômes du syndrome de Cushing.

- Il est beaucoup plus rare qu’un chat souffrant du syndrome de Cushing soit atteint d’infections bactériennes.

Pour établir un diagnostic précis, le vétérinaire procédera à un examen clinique poussé, l’imagerie médicale et des tests hormonaux seront pratiqués, ainsi qu’une échographie de la région abdominale du chat, cela permettra de d’examiner l’état des glandes surrénales, et de déceler les différents problèmes qu’elles peuvent avoir.

Les tests hormonaux, quant à eux, serviront à mesurer la quantité de cortisol que produisent les surrénales, ainsi il sera possible de savoir si cette production est excessive, pour ainsi identifier avec certitude le syndrome de Cushing.

En général, il est possible de traiter le syndrome de Cushing efficacement, et le chien peut guérir de façon définitive, néanmoins, c’est une maladie sérieuse qui peut être létale pour le chien.

Plusieurs facteurs participent à augmenter la gravité de cette affection :

- La rareté de la maladie fait qu’elle est souvent décelée de façon tardive.

- Il existe des risques de complications sévères (diabète, tension artérielle, infections bactériennes, pneumonies,…) qui peuvent dégrader l’état de santé général du chien et fortement l’affaiblir.

- Dans certains cas, plus rares, le syndrome de Cushing peut avoir pour origine des tumeurs malignes, ce qui assombrit fortement le pronostic du chien.

Dans certains cas, le syndrome de Cushing peut causer le décès du chien, c’est une maladie qu’il faut prendre au sérieux, une prise en charge rapide chez le vétérinaire pourrait éviter le pire à son animal de compagnie.