Comparez + de 3000
assurances en 2 minutes

à partir de 3,90€ / mois

Comparez les
assurances animaux

100% gratuit & sans engagement

Typhus chez le chat

La panleucopénie féline, également appelée le typhus félin, est une pathologie infectieuse virale et très contagieuse qui touche les chats.

Son pronostic vital est déclaré sévère vu que les chances de survie sont minimes, le taux de mortalité chez les félins et varie entre 50 % et 90 % des cas.

Étymologiquement, le terme typhus vient du mot grec Tuphos, qui signifie prostration, profond abattement et stupeur extrême. Le mot panleucopénie désigne une diminution du nombre des leucocytes.

Le typhus chez le chat est essentiellement causé par un parvovirus presque semblable à son homologue canin qui est responsable de graves gastro-entérites hémorragiques chez le chien. Néanmoins, ce dernier peut être relativement dangereux pour le chat contrairement au parvovirus félin qui semble être inoffensif pour le canidé.

Le parvovirus félin cible préférentiellement les cellules de la moelle osseuse et de la paroi intestinale, particulièrement les cellules en division où il va se multiplier et les détruire par la suite.

Ce virus est décrit comme extrêmement résistant dans le milieu extérieur, car il est capable d’y survivre pendant plus d’un an. Il peut être véhiculé sur de longues distances via les vêtements ou sous les semelles des chaussures. Le virus trouve dans les chatteries et les refuges à chats un milieu propice à son développement, ce qui fait que les chatons et les chats les plus âgés sont le plus à risque.

Les symptômes du typhus du chat

Bien que, de nos jours, cette maladie soit condamnée au déclin grâce à la vaccination, la panleucopénie féline peut toutefois être rencontrée chez des chats qui n’ont pas été vaccinés, notamment chez ceux vivant en communauté, dans les refuges et parfois aussi chez des chats qui sont un peu sédentaires.

Une fois contracté, le virus du typhus félin rentre dans une période d’incubation d’environ 2 à 7 jours, au détriment des cellules vivantes en pleine activité mitotique. Ainsi l’infestation par le parvovirus félin va se traduire sur le plan clinique par l’apparition des symptômes suivants :

  • Une diarrhée aiguë accompagnée d’hémorragies.
  • Des vomissements.
  • Élévation de la température.
  • Anorexie.
  • Perte d’appétit et réticence à manger.
  • Douleurs abdominales.
  • Forte déshydratation.
  • Abattement très important.
  • Prostration du chat.
  • Leucopénie sévère suite à l’atteinte de la moelle osseuse.
  • Cécité fulgurante.
  • Incoordination des mouvements
  • Tremblements

Par ailleurs, si les femelles sont infestées durant la gestation, les nouveaux chatons vont inévitablement pâtir des lésions nerveuses invisibles à la naissance, mais qui seront vite remarquées une fois initiés à la marche.

Hélas, ces chatons n’auront aucun équilibre, ils sont impuissants et incapables de se mouvoir et de se déplacer normalement. Il s’agit de l’ataxie cérébelleuse du chaton.

Le typhus chez le chat peut revêtir trois formes cliniques bien distinctes dont le pronostic vital de l’animal peut se révéler sombre et fatal. Tel est le cas de la forme suraiguë reconnue pour être la plus violente, car elle cause la mort de l’animal en un temps minime (quelques heures seulement) et touche essentiellement les tous jeunes chatons non vaccinés.

La forme aiguë survient essentiellement chez les chatons et les jeunes chats adultes.
Dès lors, l’animal infesté manifeste la plupart des signes et symptômes précédemment décrits. Une fois le bon traitement médical est instauré, la guérison est possible en quelques semaines.

La forme subaiguë qui est la moins grave par rapport à la forme précédente. Elle se caractérise essentiellement par une diarrhée chronique généralement non diagnostiquée, dans un cas pareil le typhus félin est de pronostic très favorable.

Causes du typhus chez le chat

Comme toute autre maladie infectieuse et contagieuse, la survenue du typhus chez le chat est favorisée par une multitude de facteurs dits pathogéniques. Il est retenu aujourd’hui que la principale cause de la panleucopénie féline est le parvovirus du typhus.

C’est un virus redoutable et résistant car comme précédemment expliqué, il possède la capacité de survivre seul dans la nature pour une période qui peut aller jusqu’à 12 mois.

Cependant, on peut incriminer d’autres facteurs qui sont en faveur de l’infestation de l’animal par le typhus :

  • le manque d’hygiène dans les refuges animaliers pour les chats ou dans les communautés où ils vivent. L’insalubrité et le manque flagrant d’hygiène procurent un milieu propice au développement du virus.
  • La non-vaccination des chats ou sa négligence rend ces animaux vulnérables face à une contamination virale par le parvovirus.
  • Les contacts incontrôlés entre les chats, par exemple un chat infesté mord ou lèche un félin sain.
  • Les défécations, déjections, matières fécales et les secrétions qui peuvent provenir d’un chat porteur du virus ou potentiellement infesté ou encore d’un chien souffrant d’une gastro-entérite hémorragique.

Ironiquement, malgré l’attention qu’on porte à l’égard de nos petites boules de fourrures, nous pouvons être la cause de leur contamination par le typhus félin, en lui permettant de s’insinuer discrètement à l’intérieur de nos maisons à travers nos propres vêtements, chaussures ou n’importe quel autre objet qui lui servira de support .

Diagnostic du typhus

Lorsqu’on constate chez un chat non vacciné jeune ou adulte la présence de l’un ou de l’ensemble des nombreux signes cliniques cités : fièvre, diarrhée sévère, abattement et prostration, cécité brusque et fulgurante..., dès lors un typhus félin est suspecté.

Alors dans le but de pousser le diagnostic, l’affirmer ou l’infirmer, votre vétérinaire traitant va devoir effectuer plusieurs examens médicales telle que :

  • Une radiographie abdominale.
  • Une échographie abdominale.
  • Un PCR (Polymerase Chain Reaction ou méthode de diagnostic moléculaire) afin d’identifier le génome des agents infectieux.
  • Un bilan sanguin complet mettant en évidence un taux de globules blancs, généralement inférieur à 2-3000 GB/µl.
  • Des tests rapides (technique ELISA), effectués sur des selles. Ces tests ont l’avantage de donner un résultat en quelques minutes.

Mode de transmission du typhus chez le chat

Le typhus chez le félin est fortement transmissible et contagieux. Cela revient au fait que le virus emprunte diverses voies de contamination :

  • Par un contact direct avec des objets impurs et contaminés, des excrétions, des déjections et des défécations d’un animal déjà malade. Faut garder à l’esprit que même un chat sous traitement ou supposé guérit de cette maladie va continuer à excréter ce virus dans ses excréments pour environ 6 semaines.
  • Par voie fœtale, les femelles en gestation ne vont pas transmettre que de leur patrimoine génétique à leurs nouveaux chatons mais aussi elles vont leur faire hériter de leur propre infestation panleucopénienne féline.

Traitement pour soigner le typhus du chat

Il n’existe réellement pas de traitement miraculeux pour guérir le pauvre félin du typhus. Cela dit, le principe du traitement va surtout chercher à soutenir l’état général du chat par des perfusions assurant une réhydratation adaptée, à lutter contre les signes infectieux avec des antibiotiques des anti-vomitifs, des anti-diarrhéiques et des anti-spasmodiques. Il consiste aussi à prévenir des risques des surinfections.

Complications et dangers du typhus chez le chat

La gravité de la panleucopénie féline réside dans les complications qui en résultent. Après contamination, l’agent infectieux va se disséminer partout dans l’organisme à travers les cellules immunitaires, spécifiquement les lymphocytes. Ensuite il va regagner selon un tropisme précis :

  • La muqueuse intestinale, d’où les troubles digestifs aigus (diarrhée sanglante, vomissement, anorexie..) ;
  • La moelle osseuse qui en suit une baisse en nombre des globules blancs aboutissant à un état d’immunodépression chez l’animal.

Par ailleurs, en plus de la cécité, la prostration et l’ataxie cérébelleuse handicapante chez les chatons, ce qu’on redoute le plus est la mise en jeu du pronostic vital de l’animal, il suffit juste une journée pour que le chat décède.

Prévention contre le typhus chez le chat

La solution idéale pour protéger le chat du typhus est de le vacciner. La vaccination est une action primordiale et très efficace dans la prévention des infestations par le parvovirus félin.

Il existe deux types de vaccins contre le typhus félin :

  • Le vaccin à virus vivant atténué, c’est le plus souvent administré.
  • Le vaccin à virus inactivé.

Pour une meilleure efficacité, il faut respecter un calendrier vaccinal bien précis :

Chez les chiots : deux injections chez le chaton, à 9 et 12 semaines, à refaire un an plus tard.
Une troisième injection de vaccin est préconisée à l’âge de 4 ou 5 mois.

Chez le chat adulte non vacciné : il doit recevoir une primo vaccination en une injection, suivie d’un rappel un an après, puis tous les trois ans.

La femelle en gestation : une injection de rappel est recommandée avant la saillie.

Les femelles en lactation ne doivent pas être vaccinées sous peine de provoquer les effets adverses de l’acte vaccinal.

Et la désinfection ?

Pour renforcer l’action de la vaccination et la pérenniser, il faut penser aussi à la désinfection, du moment que la transmission du virus est essentiellement indirecte (sol, gamelles, jouets, vêtements ou chaussures…).

Alors quoi de mieux pour accomplir cette tache que d’utiliser de l’eau de javel ! Pour un meilleur rendement faut suivre la méthode suivante :

En premier lieu, il faut nettoyer puis rincer les objets souillés. Ensuite, verser 250 ml d’eau de javel à 9,6 % de chlore actif dans un bidon de 5 à 10 litres rempli d’eau froide ou tiède. Le mélange est à utiliser rapidement. Enfin, il faudra patienter 10 minutes avant de procéder au rinçage.

Prix du vaccin contre le typhus chez le chat

La Panleucopénie féline est une maladie virale dangereuse aux conséquences graves pour le chat. Il est important de le vacciner afin de lui garantir une protection contre tout risque d’infection par le virus.

C’est un vaccin fortement recommandé, son coût varie selon la vaccination à effectuer :

- Vaccin Typhus-Coryza : 50 et 55 €.
- Vaccin Typhus-Coryza-Rage : 50 à 65 €.
- Une vaccination complète qui inclut Typhus-Coryza-Leucose-Rage : 75 à 80 €

Questions fréquentes

La panleucopénie féline est une catégorie pathologique hautement contagieuse et infectieuse. Elle détruit le système de défense de l’animal en présence d’un parvovirus très virulent.

Si le chat n’est pas pris en charge immédiatement son état finira par se détériorer et le condamne à une mort inévitable. Cela veut dire que le typhus félin est vraisemblablement une maladie mortelle si elle n’est pas traitée rapidement.


Un chat vacciné est un chat protégé contre la maladie du typhus félin, pourtant, quelques cas d’infestation typhique chez le chat ont bien été signalés auprès des vétérinaires.

Dans ces cas précis, soit le produit de vaccination a dépassé sa date limite d’échéance ; soit il est probable que l’animal a bien reçu une primo vaccination trop précoce qui a neutralisé l’antigène vaccinal et a entravé la création de l’immunisation active.


Tout dépend de la forme de la panleucopénie féline (aiguë, subaiguë, suraiguë), de l’âge de l’animal (jeune chaton ou adulte) et du délai de l’intervention.

Généralement, dans la forme aiguë et subaiguë, le chat guérit dans les quelques semaines qui suivent l’instauration d’un traitement adéquat. Cependant, dans les cas où le typhus se déclare dans sa forme suraiguë, l’animal décède en moins de 24 heures.

L’incubation après exposition à l’agent viral du typhus nécessite approximativement une durée de 2 à 6 jours.

La maladie apparaît généralement chez le chaton de 6 à 14 semaines, parfois beaucoup plus précocement si les chatons n’ont pas ingéré d’anticorps maternels.

Comme on l’a précédemment abordé, la maladie du typhus chez les félins correspond à une gastro-entérite hémorragique virale extrêmement contagieuse et potentiellement fatale pour le chat.

Elle est transmissible indirectement par voie aérienne, sinon directement par un contact avec un autre animal infesté (un chat ou un chien) ou bien avec un objet contaminé, transporté et ramené à la maison par l’homme.

Le typhus du chat est contagieux au sein d’une population féline, toutefois cet agent pathogène n’est pas dangereux pour l’homme.

 Si un cas de typhus félin est diagnostiqué dans une maison ou, encore de façon plus dramatique, dans une population de chats, la désinfection du matériel et des locaux sera impérative afin d’empêcher la contamination et l’infestation du reste chats ou ceux qui pourraient venir habiter la maison dans un future proche.